Partir pas cher en ultra dernière minute à moitié prix

Destination Equateur

Sommaire



La diversité de l’Equateur est saisissante : ses paysages, ses hommes, ses couleurs, sa faune et sa flore vont vous émerveiller !

L’Equateur est un concentré d’Amérique du Sud, des Andes en passant par ses volcans impériaux, l’Amazonie et ses secrets, la Costa et son esprit de fête et enfin l’Archipel des Galápagos, si singulier… Passez votre voyage Equateur avec Promovacances.

Quito

Quito, officiellement San Francisco De Quito, est la Capitale  de L’Equateur. Elle culmine à 2850m, ce qui en fait la seconde Capitale la plus haute au monde après La Paz en Bolivie.

La ville est aussi située environ 25 kilomètres au sud de la ligne de l’équateur. Un monument et un musée ont été édifiés sur cette ligne imaginaire : la Mitad del Mundo (le milieu du monde). Lors de votre voyage, vous pourrez y faire des expériences amusantes.

Quito a une longue histoire qui remonte à la période pré-inca, puis les espagnols ont établi la religion catholique avec la première église construite même avant que la ville ait été officiellement fondée. En janvier 1535, le couvent de San Francisco a été construit, puis précéda 20 églises et des couvents ont été édifiés pendant la période coloniale. Quito est la première ville du continent à se déclarer indépendante en 1809 et c’est pourquoi on l’appelle « La Lumière de l’Amérique ».

Avec la mise en place de la République, Quito laisse la place à un développement urbain rapide avec une forte influence européenne notamment dans les arts. Les monastères de Santo Domingo, et l’église de La Compañía, avec leurs intérieurs riches, sont des exemples purs « de l’école baroque de Quito », fusion d’art espagnol, italien, maure, flamand et indigène. Il y a beaucoup de places attrayantes et également de nombreux musées à visiter. Beaucoup sont consacrés à l’art colonial et l’histoire. Quito a été la première capitale andine déclarée Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1978.

En raison de son altitude élevée et de sa position sur l’équateur, Quito a un climat constant, doux la journée et qui se  refroidit le soir. La température à midi peut atteindre 25°C et celle de la nuit 6°C. La ville est « bicéphale » : on distingue en effet le « vieux Quito colonial » haut en couleur du « nouveau Quito« , étrangement plus prisé par les touristes.

La ville, est un écrin niché  au creux d’une vallée où veillent les volcans : comme le Pichincha qui est le plus proche. Vous profiterez de vues imprenables sur la ville, depuis le monument dédié à la Vierge gardienne et protectrice de Quito.

 

L’Allée des volcans

L’allée des Volcans, est le nom donné à la route qui relie Quito à Riobamba et qui traverse l’Equateur du Nord au Sud en direction de Cuenca ; route d’où l’on peut aperçevoir quelques uns des volcans les plus connus d’Equateur.

Parmi les plus célèbres et les plus imposants, le Cotopaxi est le plus haut volcan en activité du pays, dont le cône enneigé domine la vallée du haut de ses 5897 mètres. Citons également, le Pichincha (4794m.), le Chimborazo (6310m.), point culminant d’Equateur, le Tungurahua (5016m.) et le Sangay (5230m.) qui ne cesse de gronder et de fumer.

Terre indienne par excellence. La région est ainsi marquée par la présence de pittoresques petits villages amérindiens qui demeurent l’âme du pays, et qui se distinguent surtout par leurs marchés différents les uns des autres.

L’allée des volcans est constituée de paysages grandioses où se dégage une sereine harmonie et au cœur desquels vit une population chaleureuse et hospitalière. Ces dizaines de volcans de toutes tailles, dont certains en activité, sont autant de sentinelles dominant l’Altiplano. Assurément l’un des points forts de votre voyage dernière minute en Equateur.

Marché d’Otavalo

C’est essentiellement grâce à son marché que la ville d’Otavalo est devenue l’un des hauts lieux touristiques de l’Equateur. Situé à seulement 2h de Quito, le marché reste l’attrait principal de la ville, c’est à Otavalo que les amateurs d’artisanat pourront commencer à faire leurs premiers achats.

Sur la fameuse « place des Ponchos » on trouve toutes sortes de tissus aux motifs variés, des nappes multicolores, des tapis, des pulls mais aussi de jolis bijoux, des poteries, des chapeaux typiques appelés « chullos » et même de la musique andine.

Ce marché a lieu tous les jours de la semaine, mais le samedi reste le jour le plus attrayant. Très tôt le matin de nombreux touristes arrivent de part et d’autre pour assister à la foire aux bestiaux, un spectacle étonnant qui nous renvoie aux traditions ancestrales du pays… A quelques rues, non loin du centre de la ville se tient également le marché aux fruits et légumes, les saveurs et les couleurs se mélangent…un vrai régal pour les yeux et les papilles !

Petit conseil ne vous précipitez pas sur les premiers stands, faites quelques pas, vous trouverez certainement de meilleurs prix dans le marché ; il faut savoir que le marchandage est de rigueur en Equateur comme dans beaucoup de pays d’Amérique latine, vous vous prendrez assez rapidement au jeu !

Sachez aussi que selon nos voyages vous pourrez également visiter les marchés de Saquisili Zumbahua ou encore de Pujili.

Cratère du Quilotoa

Le Quilotoa est un volcan culminant à 3 914 m, situé au sud de la Cordillère Occidentale. Sa première éruption connue date de 1660 et depuis 1859 le volcan est endormi. L’eau a envahi son cratère donnant naissance à une magnifique lagune vert-turquoise de plus de 3 km de diamètre.

Le site, qui fait partie de la Réserve Naturelle Illinizas est connu pour ses légendes. La plus célèbre nous raconte que le lac communiquait jadis avec l’océan par un passage secret. Le Quilotoa vous invite à faire le tour de son cratère. Par beau temps, cette randonnée d’environ quatre heures offre de beaux panoramas, tant sur le lac émeraude que sur les volcans et le patchwork des cultures environnantes. Vous pourrez aussi descendre les 400 mètres de dénivelé qui séparent le lac des bords du cratère pour atteindre une petite plage. La forte teneur en minéraux du lac explique l’absence d’algues. Un paysage pur, teinté de bleu turquoise, mais aussi du jaune du páramo qui l’entoure.

Puerto Lopez

A environ 4 heures de route de la ville de Guayaquil, sur la côte Pacifique de l’Equateur, Puerto Lopez est un petit village de pêcheurs situé à proximité du Parc National Machalilla.

C’est d’ici que nous embarquerons pour découvrir la fameuse « Isla de la Plata » également surnommée « la petite Galápagos ». On y retrouve en effet quelques espèces identiques à celles des Galápagos : otaries, fous à pattes bleues, frégates, albatros, pélicans et d’autres oiseaux marins… La traversée depuis Puerto Lopez dure environ 2 heures et permet d’apercevoir des dauphins depuis le bateau et même d’observer les baleines qui viennent ici se reproduire entre juin et octobre.

Cette île désertique, entourée par un immense récif corallien a beaucoup de charme, et après en avoir fait un tour et observé les oiseaux et autres animaux marins, une autre option s’offre à nous afin de mieux observer les fonds marins : le snorkelling.

En fin de journée nous rentrons à Puerto Lopez où nous pouvons flâner le long des plages, manger une glace ou encore observer les pêcheurs sur la plage qui vendent leurs derniers poissons.

Cette dernière escale à Puerto Lopez vous permettra de profiter des plages et du soleil de l’Equateur… un vrai petit coin de paradis.

L’Oriente

Couvrant environ un tiers de la superficie du pays, l’Amazonie équatorienne, aussi appelée l’Oriente, couvre tout l’Est du pays. On y trouve plus de 50% des mammifères de tout l’Equateur et 5% de la flore mondiale sur un territoire couvrant à peine 0.2% des terres émergées.

L’Amazonie est l’endroit idéal, avec les îles Galápagos, pour découvrir la faune et la flore. L’occasion de croiser de nombreux papillons dont l’élégant morpho : immense papillon d’un bleu électrique, de nombreux oiseaux colorés (toucans, aras, colibris…), des singes (hurleurs, sakis, atèles…), des paresseux, des caïmans, et pourquoi pas des dauphins d’eau douce

Lors de nos voyages en Equateur, nous vous proposons de découvrir essentiellement deux zones : le bassin du rio Napo avec pour porte d’entrée le village de Puerto Misahualli auquel on accède par voie terrestre. En effet, un des atout de ce petit pays est la facilité de passer rapidement des Andes à l’Amazonie. En quelques heures vous pouvez passer ainsi de Quito à 2800 m, aux plaines chaudes et humides de l’Oriente. Après le passage d’un col à 3300 mètres une route spectaculaire s’enfonce rapidement dans un univers de plus en plus exubérant croisant de multiples cascades. Sur les rives du rio Napo, recouvertes de forêt, vous pourrez observer singes et autres animaux de la forêt et découvrir l’utilité de certaines plantes.

Plus à l’Est, nous vous proposerons de découvrir le magnifique Parc National de Cuyabeno. Cet immense territoire classé réserve faunistique et couvert de forêt primaire se poursuit vers l’Est jusqu’à la frontière Péruvienne. Accessible en avion depuis Quito, il constitue certainement la région la plus intéressante de tout l’Oriente, et c’est ici que vous pourrez observer le plus facilement les animaux. Outre les singes, les oiseaux, caïmans et une grande variété de papillons, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un lamantin, un anaconda et pourquoi pas un tapir. En pirogue vous découvrirez plusieurs lacs, restes d’anciens méandres des rio qui ont été peu à peu isolé du lit principal des rivières. Vous y trouverez souvent des loutres et pourrez y pêcher le piranha. Enfin plusieurs ethnies d’indiens vivent ici et lors de votre voyage, nous aurons l’occasion de les rencontrer et de prendre un repas dans une des communautés.

Lors de votre voyage de luxe en Equateur, laissez-vous envahir par cet océan de vert, et cet environnement étonnant et d’une grande richesse.

L’archipel des Galapagos

Les Galápagos, l’Archipel de Colon ou encore les îles Enchantées, autant de noms pour désigner ces îles, nées du feu à plus de 1000 km du continent. C’est avant tout à leur faune et flore extrêmement variée que ces terres doivent leur renommée. En effet, leur isolement les a préservées de l’action humaine durant des millénaires, et l’on peut y observer une faune unique, souvent propre à chaque île et qui ne connaît pas la peur de l’homme.

Aujourd’hui, l’archipel volcanique est une réserve naturelle, terrestre et marine, qui ouvre ses portes aux voyageurs dans un esprit de conservation très strict. C’est l’occasion de randonner dans les décors extraterrestres des champs de lave, de rencontrer tortues géantes, iguanes terrestres et marins, ou encore de nager en compagnie des otaries et des tortues marines… Bienvenue dans un autre monde.

 L’île d’Isabela (ou Alermarie) est certainement la plus intéressante des îles de l’archipel, vous y découvrirez :  – Le volcan Sierra Negra : Vous atteindrez à pied son immense caldeira (la seconde au monde par sa taille : en effet, son diamètre fait plus de 10 km !) dont vous longerez une bonne partie du cratère, avant de poursuivre votre randonnée vers les paysages martiens du volcan Chico

Le mur des larmes : Edifice surprenant, bâti à mains d’hommes en pleine nature par une quarantaine de prisonniers durant la seconde guerre mondiale. Le lieu est isolé, et vous le rejoindrez en minibus (où en vélo pour les plus courageux).  En cours de route, vous visiterez un mirador qui offre une vue panoramique sur toute la partie Sud de l’île, avec de beaux points de vue sur les cônes volcaniques des divers volcans qui la composent. Vous vous arrêterez aussi sur une superbe plage avec possibilité de baignade, et visiterez un plan d’eau où ont élu domicile des flamants roses.

Las Tintoreras : Petits îlots très proches de Puerto Villamil, que l’on atteint en à peine 10 minutes de navigation. Là, vous pourrez observer une immense colonie d’iguanes et d’otaries, et selon la saison, vous pourrez observer des manchots. Les pélicans, frégates, et fous à pattes bleues y sont bien sûr présents. Avec palmes, masque et tuba, vous pourrez découvrir les fonds marins et certainement jouer avec les otaries qui adorent ça. Avec un peu de chance, vous rencontrerez même des tortues marines, nombreuses sur le récif.

La Baie de Concha à Perla : Depuis votre hôtel, possibilité d’aller poursuivre la découverte des fonds marins. En effet, à une dizaine de minutes à pied se trouve cette baie aux eaux cristallines, encore une occasion de rencontrer la faune marine des Galápagos. D’autre part, ceux qui le souhaitent pourront aussi louer des vélos pour découvrir à leur guise la côte Sud de l’île et, pourquoi pas, faire une petite escapade vers la magnifique plage de Puerto Villamil.

 – Enfin, Puerto Villamil, principale agglomération de l’île, est un village étonnant. On pourrait en effet s’attendre à trouver ici d’importants complexes touristiques, il n’en est rien. Ce village aux rues de sable a su conserver sa nonchalance et son calme originel. Sur la place centrale, à part les cinq restaurants plutôt sympathiques, tout reflète un petit coin perdu d’Amérique latine encore préservé. Sur la plage, on rencontre surtout des locaux, les enfants jouent, les otaries se dorent au soleil sur le pont des bateaux de pêche à l’ancre… Bref, Puerto Villamil nous a plu et il nous semble dommage de dormir sur un bateau de croisière et de passer à côté de ce lieu propice à la rencontre.

 Sur l’île de Santa Cruz :

  • Tortuga Bay : Nous vous proposons de partir à pied sur cette magnifique plage de sable blanc, l’une des plus belles de tout l’archipel. Si un bateau de croisière peut vous conduire sur d’autres plages, plus isolées et donc moins fréquentées, Tortuga Bay n’a rien à leur envier !    En effet, la plage est accessible en bateau, ou après environ 45 minutes de marche sur un sentier qui serpente à travers la végétation typique de l’archipel (épineux, conifères et cactus). Une fois sur place, c’est plus d’un kilomètre de sable blanc qui vous attend. Vous pourrez croiser de nombreux iguanes marins qui se dorent au soleil. Après la grande et longue plage, vous découvrirez une plage plus petite aux eaux plus calmes, car donnant dans une petite baie protégée. Non loin de là, un sentier serpente entre les cactus pour découvrir une grande colonie d’iguanes qui a élu domicile sur les falaises volcaniques. Ceux qui le souhaitent pourront louer des kayaks pour découvrir la mangrove toute proche.
  • Les Cratères jumeaux : vous découvrirez ces deux immenses effondrements volcaniques faisant penser à deux cratères qui siègent sur les hauteurs de l’île.
  • La station scientifique Charles Darwin : elle héberge et protège de nombreuses espèces de tortues terrestres dont les tortues géantes que nous aurons la chance d’observer en liberté dans leur habitat naturel sur les hauteurs de l’île.

Deux façons de découvrir ces îles très préservées :

Les croisières, qui permettent de visiter plusieurs îles et de nombreux « spots », ou l’hébergement en hôtel sur les îles d’où l’on part à la découverte des environs.

On vous propose cette deuxième solution, voici pourquoi :

– Les bateaux de croisière, très chers (d’une capacité de 16 à plus de 50 personnes) ont des routes très réglementées avec des rotations tous les 10 jours. Durant les croisières, les voyageurs passent la plupart de leurs séjours sur les bateaux et n’accostent sur certaines îles que pour de courtes balades de 30 minutes à 2 heures. Au final, si cette formule permet d’approcher certaines îles éloignées de Santa Cruz (l’île principale), elle ne permet pas une réelle immersion comme c’est le cas dans la deuxième option appelée localement l’island hoping.

– A la différence des séjours croisières où l’on dort sur les bateaux, l’hébergement sur les îles comme nous l’avons prévu permet une découverte plus naturelle des lieux visités et une réelle immersion. Lors de nos voyages, vous visiterez l’île de Santa Cruz ainsi qu’Isabela, la plus intéressante des îles. A elles deux, elles regroupent la plupart des intérêts de l’archipel. Vous aurez la chance de découvrir 4 espèces de tortues. Il est vrai qu’en croisière, vous pourriez en voir 6 espèces, mais à ce stade là, il vous est de toute façon très difficile de faire la différence. Dans tous les cas, nous pouvons vous garantir la rencontre avec les iguanes, les otaries, les tortues, les pinsons, les volcans et des plages de rêves.

Les ruines Inca d’Ingapirca

Ingapirca est le complexe archéologique le plus grand et le mieux conservé d’Equateur. Situé à environ 3100 m d’altitude et à 80km de la ville de Cuenca, ce site inca fut construit sous les ordres de l’inca Huayna Capac durant les conquêtes de son père Tupac Yupanqui.

Ingapirca signifie « mur de l’inca » en quechua, ces vestiges archéologiques sont connus depuis le milieu du XVIII siècle. Personne ne sait avec certitude quelles sont les finalités de ce bâtiment, était-ce une forteresse ? Un temple d’adoration et de vénération au soleil ? Son usage reste un vrai mystère. Il semble cependant qu’il joua un rôle important dans les stratégies militaires incas, comme poste avancé et d’approvisionnement des troupes vers le nord du pays.

De structure elliptique, le temple du soleil servi à la célébration de cérémonies et de rituels dans la culture Canari-Inca. Le site a été réalisé avec des millions de pierres parfaitement taillées et unies avec du mortier naturel.

Selon les recherches tous les bâtiments des murs en pierre taillés sont complétés dans la partie supérieure avec de l’adobe. Son toit à double pignons avait une structure en bois, de roseaux attachés avec de la ficelle et couverte de paille.

Les ruines d’Ingapirca sont composées entre autres d’un cimetière, d’observatoires solaires, de dépôts, de chemins, de presbytères et d’une place.

A ce jour les fouilles se poursuivent afin de mieux comprendre sa signification et même si ce n’est pas comparable au Machu Picchu, les amateurs d’histoire et de vielles pierres seront émerveillés devant ce magnifique site Inca. 

Notre voyage « Trek inca au pays des volcans » vous propose un trek de 3 jours qui empreinte des chemins Incas, il vous emmènera tout en douceur vers les ruines d’Ingapirca… les plus spectaculaires d’Equateur !

Île de la plata

L’île de la Plata est considérée comme l’un des lieux les plus  importants du Parc National de Machalilla, accessible par bateau depuis le village de pêcheurs de Puerto Lopez, elle fut autrefois assimilée à un lieu de culte au soleil par la plupart des cultures précolombiennes.

Par la suite l’île servit de refuge pour les pirates qui l’utilisèrent comme base d’opérations pour attaquer les galions espagnols et cacher les trésors pillés. En effet les habitants révèlent qu’au XIV siècle le fameux pirate anglais Francis Drake aurait caché son trésor sur une partie de l’île et la légende raconte qu’il n’a jamais totalement été retrouvé et qu’il pourrait encore s’y trouver. Aujourd’hui « l’isla de la Plata », qui signifie l’île d’argent, doit son nom à cette célèbre légende.

De nos jours l’île de la Plata est devenue le nid de plusieurs oiseaux marins comme les fous à pattes bleues, les fous à pattes rouges, les frégates, les albatros, les pélicans et les lions de mer. Au vu de toutes ces richesses naturelles que l’on rencontre sur l’île, certains la nomment « les Galápagos du pauvre » en comparaison aux fameuses îles Galápagos.

Elle est aussi un endroit idéal pour la reproduction des oiseaux migrateurs, l’île s’étend sur 1200 hectares et depuis 1979 le parc National de Machalilla a habilité deux sentiers de randonnée que vous pourrez visiter lors de votre voyage avec clubaventure en compagnie d’un  guide naturaliste certifié afin de mieux approcher et photographier les différentes espèces animales qui nichent sur l’île.

Lors de votre visite de l’île, nous vous proposons aussi une activité de snorkeling (plongée avec masque et tuba) pour admirer les récifs coralliens et les poissons multicolores autour de l’île.

Et de juin à septembre vous aurez la chance de voir des baleines à bosse qui viennent depuis l’Antarctique s’accoupler mais aussi donner naissance à leur petits… Si vous avez de la chance vous pourrez observer leurs sauts, des images vraiment spectaculaires !

Volcan Cotopaxi 5898m

« De tous les colossaux sommets des Andes, le Cotopaxi possède la plus belle et la plus régulière des formes. C’est un cône parfait couvert par une épaisse couche de neige qui brille si intensément au coucher de soleil qu’elle semble détachée de l’azur du ciel. »

Alexander Von Humbolt

Le volcan Cotopaxi du haut de ses 5 898 mètres est le volcan actif le plus haut d’Equateur. Les andinistes découvriront à son sommet un cratère de 700 m de diamètre d’où s’échappent des fumerolles. Le mot Cotopaxi vient du Cayapa et signifie « cou de la lune ». La lune vient en effet se poser au-dessus du volcan, donnant ainsi l’impression que le Cotopaxi est le cou de la lune…

Lors de nos voyages en Equateur vous découvrirez le Parc National du Cotopaxi et sa lagune où se reflète le cône parfait du volcan. Nos itinéraires vous conduiront sur ses flancs jusqu’au refuge José Rivas, situé à plus de 4800 mètres d’altitude, non loin du début du glacier.

Nous vous proposons aussi l’ascension du volcan dans deux de nos programmes.

Cette ascension n’est pas considérée comme difficile techniquement, mais elle ne doit pas être tentée par des personnes n’ayant pas une bonne condition physique. L‘acclimatation à l’altitude et à l’effort est progressive. Une école de neige et glace est prévue dans l’itinéraire de manière à perfectionner le niveau technique des participants, d’augmenter la sécurité et les chances de succès. Il nous faudra 6 à 8 heures, en présence d’un guide de montagne professionnel et expérimenté pour atteindre l’énorme cratère enneigé que l’on dit être l’un des plus beaux du monde.  De là haut et par temps dégagé, vous aurez une vue magnifique sur l’Avenue des Volcans. Même si d’autres ont eu le privilège d’être les « premiers », cette expérience est unique, et le sentiment de découverte est intact…

Chimborazo 6310m

Au sud de l’allée des volcans, le Chimborazo, point culminant des Andes équatoriennes, domine largement les hauts plateaux andins du haut de ses 6310 m. Ce volcan fut longtemps considéré comme le plus haut sommet du monde. En réalité si l’Everest le dépasse largement, le sommet du Chimborazo n’en est pas moins le point du globe le plus éloigné du centre de la terre, notre planète étant aplatie au niveau des pôles et bombée au niveau de l’Equateur.

La région abrite de nombreuses communautés andines que nous aurons l’occasion de rencontrer pendant notre voyage.

Les Quechua nomment ce volcan l’URCORAZO, qui signifie « la montagne de neige ». En effet, son cône blanc domine la région, il est visible depuis la petite ville de Riobamba qui s’est développée au pied du volcan, mais aussi depuis les flancs du Cotopaxi et les montagnes environnantes.

L’ascension du Chimborazo est réservée aux adeptes de la haute montagne. Pour gravir le volcan, nous quittons le refuge Whymper (5000 m.)  vers minuit et, après 1 heure de marche, nous chaussons nos crampons pour nous attaquer au glacier. Nous gravirons des pentes pouvant aller jusqu’à 40° avant d’atteindre le premier sommet. Ensuite, nous marchons encore pour rejoindre le second sommet qui culmine quelques mètres plus haut. Si la distance qui sépare les deux sommets est faible, tout comme le dénivelé, à cette altitude on ressent bien les effets du manque d’oxygène et les derniers mètres sont éprouvants. L’itinéraire que nous proposons prévoit plusieurs ascensions préliminaires comme l’Ilinitza (5100m.) et le Cotopaxi (5897m.) pour une parfaite acclimatation.

Que vous en tentiez l’ascension ou que vous le découvriez depuis le paramo ou depuis ses flancs, le Chimborazo saura vous séduire grâce à son imposante silhouette glacée, combinée à la douceur des paysages qui l’entourent.

Cuenca

Cuenca, troisième ville du pays, après Guayaquil et Quito, fut d’abord peuplée par les indiens Cañaris, suivis par les Incas puis par les espagnols qui fondèrent la ville sous le nom de « Santa Ana de los cuatros rios de Cuenca » en raison des 4 rivières qui s’y croisent. Cette ville chargée d’histoire , fière de son passé culturel et intellectuel, est connue pour être le refuge des poètes, des philosophes et des écrivains. Son héritage architectural  lui a valu d’être classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’U.N.E.S.C.O. en 1999.

La plupart de nos voyages en Equateur, propose la visite de cette perle de l’époque coloniale. Ainsi, vous pourrez vous imprégner de l’ambiance des lieux à travers les rues pavées, la cathédrale, les constructions de marbre, les façades blanches, les marchés et les places… des lieux qui donnent à la ville ce caractère colonial que nous pourrions qualifier d’unique en Equateur.

C’est aussi à Cuenca que pourrez trouver les fameux chapeaux « panama », vous aurez la chance de visiter le « musée du sombrero » où vous pourrez voir les différentes étapes de la fabrication et rencontrer la famille Paredes Roldan qui, établit depuis plus de 60 ans, est aujourd’hui devenue experte dans la fabrication des fameux « panama » connus dans le monde entier.