Partir pas cher en ultra dernière minute à moitié prix

Santo Antão : le jardin du Cap-Vert

Balade à pied sur les terres de Cesaria Evora au rythme des saudades de l’ancienne colonie portugaise.
Falaises vertigineuses, paysages volcaniques lunaires, cultures en terrasses… l’archipel du Cap-Vert offre des paysages et une culture aussi étonnants qu’attachants.

Des montagnes au milieu de l’Atlantique ! L’idée a de quoi surprendre lors d’un voyage dernière minute au Cap vert. Suffisamment en tous cas pour inciter les amateurs de trekking que nous sommes à découvrir le Cap-Vert, au large du Sénégal, et plus exactement sur l’île de Santo Antão. Sur la carte, c’est déjà évident : une cordillère centrale, séparant l’ancien cratère de la caldeira de Cova et la vallée de Paul, scinde Santo Antão en deux parties.

Cap vert-dernière minute

Sur place, cela saute aux yeux, deux spectacles s’opposent : d’un côté, le versant sud nous offre un paysage fascinant de vastes étendues désertiques, presque lunaires. De l’autre, sur le versant nord-est, des terres beaucoup plus vertes et fertiles, influence volcanique oblige. La randonnée promet d’être haute en couleurs…

En effet, au fur et à mesure de notre marche, des forêts d’eucalyptus, de cyprès, de pins, d’acacias ou d’hibiscus jalonnent notre progression. Un peu plus loin, on reconnaît les plantations de canne à sucre, de bananes et de mangues… La région mérite bien son surnom de  » jardin du Cap-Vert  » ! Nous empruntons la spectaculaire  » Route de la corde « , la voie royale pour franchir les sommets de Santo Antão.

Malgré la brume opaque qui envahit par moments le sentier, la vue est impressionnante : des falaises vertigineuses (les ribeiras) plongent dans la mer. Des aiguilles basaltiques pointent vers le ciel. Les cultures en terrasses recouvrent la montagne. Les maisons colorées des villages isolés se noient dans les profondes vallées, tandis qu’à l’horizon se profile l’île voisine, São Vicente…

Cap vert-dernière minute

Les chemins sur lesquels nous conduit notre guide sont peu fréquentés et ne sont même parfois connus que de la population locale. Ici, aucun risque de croiser des nuées de touristes en voyage tout inclus! Air pur et grands espaces sont garantis, mais gare au vertige ! Car les sentiers sinueux et étroits, parfois même pavés, sont accrochés à flanc de montagne. Et on ne peut guère les parcourir qu’à dos d’âne ou à pied…

Devant le manque de structures d’accueil pour accueillir des touristes en voyage de dernière minute, nous passons nos nuits en bivouac ou chez l’habitant. Avant de tomber dans les bras de Morphée, l’usage veut que l’on partage un verre de grogue, la boisson typique fabriquée sur place, avec, éventuellement, un fruit de l’arbre à pain, l’autre curiosité locale.

Santo Antão, dont le point culminant s’élève à 1 979 m, n’est pas la seule du Cap-Vert à posséder un tel relief : Brava, Fogo, Santiago et Sao Nicolau sont aussi privilégiées en la matière. Un petit conseil : après Santo Antão, mettez le cap sur Fogo pour participer à une excursion autour du célèbre volcan avec un séjour pas cher mais surement extraordinaire.

Cap vert-dernière minute